réagissez à cet article

   visionnez un extrait de Poetic Theory Of Sound Digestion, une vidéo réalisée par Jean Ranger

Fondé par Jean Ranger, Mindroots est un nouveau collectif d'artistes des arts visuels, de la danse et des nouvelles technologies. Théâtre de l'image.

Qu'arrive-t-il quand le théâtre d'ombres traditionnel rencontre la vidéo d'art et les ordinateurs? C'est ce que nous allons savoir à partir du 14 avril prochain alors que le collectif Mindroots donnera le coup d'envoi à de nombreux projets artistiques multimédias à venir, avec la présentation d'un premier spectacle intitulé Théories poétiques sur les interconnexions. Selon Jean Ranger, directeur artistique de Mindroots, ce spectacle sera marqué par la rencontre de la danse, de textures sonores, de projections vidéo, d'animations par ordinateur et d'humour.

Pour Jean Ranger, les nouvelles technologies et les ordinateurs sont en train de modifier profondément le paysage des arts scéniques. Il estime que le texte a perdu son monopole dans le théâtre, et que la vidéo et les animations par ordinateur font désormais partie de nouvelles formes d'arts scéniques. «Auparavant, lorsqu'on voyait un spectacle de danse qui utilisait des projections vidéo, par exemple, on se disait: "Pas encore!" Aujourd'hui, une nouvelle forme émerge, qui n'est plus liée au théâtre et au texte, mais plutôt à l'image. Même le Conseil des Arts du Canada s'est transformé et donne des bourses à l'interdisciplinarité.»

Sur la scène, on pourra voir trois toiles vierges, montées sur des cubes, sur lesquelles on projettera, à la façon du théâtre d'ombres traditionnel, des ombres provenant d'une source lumineuse située en arrière. D'autre part, de la vidéo et des animations conçues par ordinateur seront projetées sur la même toile, mais à la façon du cinéma. Les ombres, la vidéo et les animations vont se fondre pour créer de nouvelles images et interagir.

«On explore les nouvelles technologies, mais en même temps notre spectacle ne dépend pas d'elles. Ce qui m'intéresse, c'est "l'esprit multimédia". C'est pour cela que je suis allé chercher le théâtre d'ombres, un art très humble et très simple. Le théâtre d'ombres, c'est en quelque sorte une calligraphie qui nous permet de prendre une image et de la rendre à son plus simple élément tout en évoquant le mystère et l'infini. Nous incorporons les technologies parce que nous sommes à une époque où l'on peut se permettre à peu près tout au niveau des genres et du collage.»

Interconnexions humaines
Le propos de ce spectacle, composé de plusieurs petits tableaux d'une durée de trois à quinze minutes, explore l'idée que l'humain participe à un esprit collectif inconscient, une sorte d'état télépathique ininterrompu, une communication spontanée et involontaire qui lierait l'ensemble des individus.

«Nous pensons que notre façon consciente d'interpréter les relations humaines est complète, mais, en fait, ce n'est qu'une infime partie de ce qu'on vit comme réalité "communicationnelle". Inconsciemment, il y a un paquet de messages qu'on reçoit et qu'on s'envoie. On en vient même, en tant que civilisation, à douter qu'on est inclus dans la nature. Notre spectacle cherche donc aussi à savoir ce qui nous empêche de ressentir une plus grande profondeur d'échange avec les autres et avec la nature.»

Jean Ranger s'est inspiré de la physique quantique pour développer son propos sur les interconnexions humaines: «Il y a toute une nouvelle vision dans la science qui se rend compte que tout est à base d'énergies, que tout est interrelié et que nous sommes faits des mêmes substances que les objets qui nous entourent. Aujourd'hui, la physique quantique et les théories biologiques de Bruce Lipton s'approchent d'une vision plus mystique stipulant que l'univers fonctionne comme un tout.»

Pour Jean Ranger, qui a conçu de nombreux sites Web, Internet est la nouvelle forme de communication qui relie les gens au conscient collectif. «Ce qui est intéressant avec Internet, c'est que, pour la première fois, nous avons un objet populaire qui nous révèle une autre façon de communiquer. Avant, c'était beaucoup plus linéaire, mais avec Internet, les gens sont capables de comprendre et de penser sans pour autant suivre un chemin logique. C'est très libérateur au niveau de la pensée. Internet s'insère dans nos vies et les transforme. C'est incroyable de voir tous les sujets qui sont sur Internet: c'est comme une mosaïque de perceptions qui changent nécessairement notre rapport à l'information.»

Jean Ranger a récemment réalisé un film intitulé Poetic Theory of Sound Digestion, qui a remporté le Prix de la relève au Festival de cinéma international des premières oeuvres. Il agit aussi à titre de directeur artistique de Media Renaissance, une boîte de multimédia connue à Montréal.

Théories poétiques sur les interconnexions. Théâtre La Chapelle, du 14 au 18 avril, à 20 h.